Le territoire ancestral forestier des Ashaninka du Rio Ene est niché aux pieds de la cordière des Andes, il s’agit donc d’une Amazonie plutôt montagneuse aux reliefs relativement escarpés. Les ingénieurs brésiliens prévoient de construire leur barrage sur le fleuve Ene en un point rétrécit des gorges de Pakitzapango.

Le Pakitzapango

En Ashaninka Pakitza veut dire l’aigle et pango l’endroit, Pakitzapango signifie donc l’endroit de l’aigle.

Nous sollicitons les grimpeurs de la Petzl-Team pour une opération médiatique. Il s’agit d’installer un câble entre les gorges de Pakitzapango, précisément là où le barrage serait construit si nous ne nous en mêlions pas. Une façon pour ses athlètes de protester symboliquement et d’exprimer leur solidarité, avec le soutien de la fondation Petzl.

Ce câble sera aussi un moyen de déployer entre les deux gorges une banderole géante pour attirer l’attention des médias péruviens. Ce sont les Ashaninka eux-mêmes qui décideront du contenu « éditorial » de la banderole, quel message ils souhaitent adresser à l’opinion péruvienne et internationale. L’objectif de cette opération est d’obtenir une image qui fasse le « tour du monde des journaux télévisés ».